Rapport RSE met l'accent sur le plastique recyclé

En 2012, lorsque Faerch a décidé de compiler toutes les activités de RSE de l'entreprise dans un rapport annuel, ce n'était pas seulement dans le but de rédiger un joli rapport. En effet, depuis sa création en 1969, Faerch a toujours été intéressé par la responsabilité sociale de l'entreprise. Par conséquent, l'attention portée, entre autres, aux changements climatiques, à l'éthique et au bien-être des employés dans l'entreprise n'a rien de nouveau. Loin de là !

Nous voyons le rapport RSE comme un outil interne pour nous faire progresser. Il représente un moyen de soutenir nos objectifs. Il nous engage également à réaliser nos objectifs. Le rapport contribue à nous faire systématiser nos objectifs et nos activités d'une manière différente par rapport à ce que nous faisions auparavant, déclare Karina Kviesgård Hounisen, directrice des ressources humaines chez Faerch.

 

Un accent mis sur le concept du « berceau au berceau »

Le rapport RSE de 2014, disponible au printemps 2015, révèle des progrès dans les cinq domaines d'action qui furent choisis en 2012 : le plastique recyclable, le climat, la sécurité alimentaire, l'éthique et l'intégrité, ainsi que les collaborateurs. Un extrait du rapport que Karina Heifer Ferme Hounisen souhaite mettre en avant est le concept du berceau au berceau. Ce concept garantit un circuit fermé dans la fabrication de barquettes de produits alimentaires dans la mesure où les barquettes peuvent être recyclées après utilisation. 

Nous voulons être un chef de file en matière de plastique recyclé, et nous sommes fiers d'arriver à intégrer tous les ans encore davantage le concept du berceau au berceau à la production. En Angleterre, nous avons conduit un projet pilote dans lequel nous avons été les premiers au monde à développer un matériau donnant la possibilité de trier les matériaux CPET noirs à partir de déchets ordinaires. De cette manière, nous pouvons nettoyer et recycler les barquettes dans notre production. Et par la même occasion contribuer à donner à nos partenaires du projet pilote anglais, des chaines alimentaires leaders, un profil plus écologique. Nous constatons que le respect de l'environnement et les considérations climatiques sont des exigences grandissantes de la part de nos clients, explique Karina Kviesgård Hounisen.

 

Un ancrage large

Le fait que les activités de RSE gagnent du terrain, tant sur le plan national qu'international, montre bien que Faerch ne considère pas les initiatives de RSE comme un projet s'achevant à une date d'expiration précise.

Les objectifs au sein des cinq domaines d'action évoluent en permanence parallèlement au développement de la société. Chez Faerch, la RSE est réalisée et évolue sur le terrain au sein-même de la société et non dans un département spécifique de celle-ci. La RSE représente une responsabilité commune et elle contribue à promouvoir le sentiment et la compréhension de la responsabilité sociale et du développement durable parmi les collaborateurs, dit Karina Kviesgård Hounisen.

 

Un effort récompensé par un prix

En 2014, l'Ordre des experts comptables danois (FSR) a décerné à Faerch le prix du meilleur rapport RSE dans la catégorie des P.M.E.. Le prix RSE est décerné aux entreprises livrant des rapports R.S.E. remarquables. Le panel de juges a justifié son choix par la structure claire du rapport ainsi que les cinq domaines d'action clés stratégiques et concrets de la société en matière de responsabilité sociale.

 

Le rapport RSE 2014 indique, entre autres, que Faerch:

  • a réduit ses émissions de CO2 de 47% pour 1000 barquettes depuis 2010
  • utilise cinq fois plus de plastique recyclé en production aujourd’hui qu'en 2010 
  • a fait baisser la consommation électrique par tonne de produits finis, ceci malgré la croissance de l’entreprise (de 1,74 MWh en 2013 à 1,64 MWh en 2014)
  • est toujours alimentée à 100 % par de l'énergie provenant de sources renouvelables
  • continue à développer des emballages en plastique pour aliments à longue conservation
  • est sur le point d'introduire un code de conduite pour les fournisseurs de matières premières et de grandes machines selon les dix principes du pacte mondial de l’ONU (UN Global Compact) qui traite, entre autres, des droits de l'homme et de la lutte contre la corruption
  • a réduit le nombre d'accidents du travail d'env. 8% passant de 71,8 accidents pour 1 million d'heures travaillées en 2013 à 66,1 accidents en 2014.